De l'origine des contes de fées d'après Edouard BRASEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De l'origine des contes de fées d'après Edouard BRASEY

Message par Bilupo le Dim 13 Aoû - 8:56

"L’origine du mot « fée » remonte au Moyen Age, au début du
xne siècle pour être précis. L’étymologie en est encore incertaine
aujourd’hui, mais la plupart des chroniqueurs s’accordent à faire
dériver « fée » du latin fatum, le destin, et de fata, nom désignant la
déesse des destinées dans les inscriptions latines.
Pour les Romains, les fata étaient assimilées aux nymphes, sylvains
et autres divinités secondaires de la nature, dont il fallait s’attirer
la bienveillance grâce à des autels champêtres recouverts d’inscriptions
propitiatoires. L’ethnologue folkloriste Alfred Maury
(1817-1892) rapporte : «Tantôt c’est un praefectus aquae qui, sur
les bords du Rhin, dresse un autel aux nymphes qui président aux
ondes sacrées du fleuve ; tantôt c’est une druidesse, Arête, qui, sur
l’ordre d’un songe, consacre un ex-voto aux sylvains et aux nymphes
du lieu1 ; une autre fois, ce sont des charpentiers (tignarii) de Feurs
qui réparent un temple de Sylvianus ou Sylvain2. Ne voilà-t-il pas
des monuments qui attestent que le culte des bois, des eaux et des
fontaines s’était encore conservé dans la Gaule pendant la domination
romaine3? »
Dans la mythologie gréco-romaine, les nymphes portaient des
noms différents en fonction des lieux de la nature au sein desquels
elles résidaient. Ainsi, les dryades hantaient exclusivement les
chênes; les hamadryades se contentaient des autres arbres; les
napées se tenaient dans les vallées ; les oréades se cachaient dans les
1. SILVANO SACR ET NYMPHIS LOCI ARETE DRUIS ANTISTITA SOMNO
MONITA, inscription trouvée à Metz.
2. NUMIN AUG DEO SYLVANO FABRI TIGNUAR QUI FOR SEGUS
CONSISTUNT
3. Alfred Maury, Les Fées au Moyen Age, Recherches sur leur origine, leur
histoire et leurs attributs, pour servir à la connaissance de la mythologie gauloise,
Paris, 1843.
32
COM M ENT LES FÉES VINRENT A U M ONDE
montagnes et dans les grottes. Les naïades s’immergeaient dans les
fontaines et les rivières; les néréides préféraient les océans et les
mers tandis que les sirènes, représentées à l’origine comme des
oiseaux à tête et poitrine de femme tenant une lyre puis, plus tard,
avec une queue de poisson, vivaient retirées sur les îlots rocheux sur
lesquels elles attiraient, par leurs chants ensorcelants, les navigateurs
imprudents. Les sylvains, enfin, couraient librement dans les forêts et
les champs. Quant aux sylphes et aux sylphides, habitants de l’air, ils
appartiennent aux mythologies celtique, Scandinave et germanique.
Ces nymphes gréco-romaines, aïeules des fées, étaient considérées
tantôt comme des bienfaitrices, tantôt comme des démons malfaisants.
Dans son Dictionnaire infernal, Collin de Plancy précise :
« Nymphes : Démons femelles. Leur nom vient de la beauté des
formes sous lesquelles ils se montrent. Chez les Grecs, les nymphes
étaient partagées en plusieurs classes : les mélies suivaient les personnes
et les provoquaient par leurs paroles inconvenantes. Elles
couraient avec une vitesse inconcevable. Les nymphes genetyllides
présidaient à la naissance des humains, assistaient les enfants au berceau,
faisaient toutes les fonctions de sages-femmes, et leur donnaient
même la nourriture. Ainsi, Jupiter fut nourri par la nymphe
Mélisse.
« Ce qui prouve que ce sont bien des démons, c’est que les Grecs
disaient qu’une personne était remplie de nymphes, pour dire qu’elle
était possédée des démons : du reste les cabalistes pensent que ces
démons habitent les eaux, ainsi que les salamandres habitent le feu ;
les sylphes l’air; et les gnomes ou pygmées, la terre1. »
F ata, fades et fadas
Les Italiens ont conservé ce mot de fata pour désigner les fées,
tandis que les Provençaux et les Languedociens l’ont converti en
fada, ou fade.
Le « fada », dans le midi de la France, c’est l’innocent, le simplet,
le fou du village, mais le fou « inspiré » car, s’il a perdu la raison,
c’est qu’il a été touché par le doigt d’une fée. Les Écossais emploient
encore de nos jours le mot fey pour désigner un être poursuivi par la
fatalité.
1. Collin de Plancy, Dictionnaire infernal, Paris, 1825-26.
33
ENQ UÊTE SU R L ’EXISTENCE D ES FÉES
De nombreux lieudits que la croyance populaire affirme être hantés
par les fées comportent le mot fade dans leur nom; par exemple
le Réage aux fades, petite localité du Loir-et-Cher.
D’autres étymologies ont été avancées. Certains auteurs rapprochent
« fée » defides, « la foi ». Certains invoquent le verbe latin
fari, qui signifie « prophétiser », et qui a donné le mot du vieux fran­
çais faer, qui veut dire «enchanter, charmer». Faer aurait ainsi
donné faé, « enchanté », qui se serait finalement transformé en
« fée ».
Ce qui est sûr, c’est que, dès le départ, les fées sont associées aux
idées de destinée et de sort, bon ou mauvais. Elles sont les cousines
des Parques et des Nomes, ces fileuses de vies et de destins qui se
trouvent à la base des mythologies de la création du monde.
Divinités féminines et fécondes, les fées appartiennent aussi bien
au panthéon latin qu’à celui des Celtes. Les Anciens les représentaient
souvent sous les traits de trois femmes — comme les Parques —
tenant dans leurs mains des fleurs, des fruits et des pommes de pin,
symboles d’abondance et de prospérité.
Le symbole de la trinité est en effet étroitement lié aux fées ; ainsi,
ce sont trois fées qui auraient bâti, à côté de Tours, le légendaire châ­
teau des fées ; trois fées blondes auraient édifié des pierres druidiques
à Langeac, dans le Velay ; à Sinzheim, en Allemagne, les paysans ont
observé trois demoiselles blanches qui s’en vont filer à la veillée
d’Epfenbach. Car les fées, à l’instar des Parques et des Nomes, sont
essentiellement des fileuses; fileuses de mystère, de vies, de destins
et de prophéties."

avatar
Bilupo
Triton motivé
Triton motivé

Messages : 75
Date d'inscription : 09/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum