Vision spirituelle des contes par MIRANDA GRAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vision spirituelle des contes par MIRANDA GRAY

Message par nabelle63 le Mar 5 Sep - 7:44

Dans la plupart des sociétés, l'emploi du conte et de la fable, comme support d'une ligne de conduite et véhicule d'une compréhension claire des choses, est une très ancienne tradition.
De nombreuses cultures tiennent leurs conteurs en haute estime parce qu'ils maîtrisent la puissance du mythe, c'est-à-dire qu'ils révèlent les vérités profondes à la conscience intuitive de l'auditeur tout en lui permettant de s'identifier aux rythmes et énergies de l'univers.
Jusqu'à une époque assez récente, et c'est encore le cas dans certaines régions du globe, seules les couches aisées de la société avaient accès à la lecture, à l'écriture et à l'enseignement. Au sein de nombreuses communautés marquées par la tradition orale, la connaissance, la sagesse et la culture se transmettent d'une tribu et d'une génération à
l'autre sous la forme de récits leur apprenant l'organisation de l'univers, le caractère des énergies qui le parcourent, les dieux et divinités influençant l'existence de leur s membres, les rythmes de la terre et la place qu'y tient l'humanité. Les conteurs s'expriment par des images et des symboles pénétrant l'esprit de l'auditeur et demeurant dans son subconscient tout en s'intégrant à sa connaissance du quotidien.
Dans ces récits, le procédé fréquemment utilisé présente un archétype, c'est-à-dire des représentations universelles reflétant certaines vérités auxquelles réagissent les gens sur le plan intérieur. Même de nos jours, les médias spécialisés dans le conte les emploient dans les films, les livres et les pièces de théâtre pour adultes ou enfants. Ainsi, les films d'épouvante présentent-ils une femme liée à la mort par son activité sexuelle ou sous les traits d'une horrible sorcière ; les films d'aventures dépeignent la faible vierge qu'il faut secourir et qui tombe invariablement amoureuse de son sauveur ; quant au pilier de la vie familiale, il est représenté par la « bonne mère ». L'archétype va d'ailleurs souvent au-delà du rôle qu'on lui donne à l'écran pour se prolonger dans le mythe habilement bâti autour de l'actrice, considérée comme « déesse de l'écran » ou « symbole sexuel ».
Dans les sociétés antiques, l'archétype était considéré comme un artifice
pédagogique. Par identification à l'image, l'auditeur était soumis à un processus d'éveil intérieur, conscient ou subconscient, par lequel il pouvait stimuler et exprimer ses énergies.
L'un d'eux, le plus fréquemment apparu dans beaucoup de cultures, représente la puissance universelle personnifiée par la « Grande Divinité » dont l'image se subdivise en trois entités féminines distinctes marquant chacune une période du cycle vital de la femme: la Fille - considérée en tant que femme non mariée -, la Mère et la Vieille Femme ou femme âgée.
La Fille correspond à la période de montée de l'énergie et du dynamisme, reflétée dans la lumière croissante de la lune ascendante et associée au blanc. La Mère Accomplie incarne la femme nourricière et féconde, homologue terrestre de la lumière radieuse émise par la pleine lune et associée au rouge. La Vieille Femme est dépeinte comme la gardienne
de la sagesse, l'antichambre de la mort et la voie vers les puissances du monde intérieur, reflet de l'obscurité croissante de la lune descendante qui mène à la nouvelle lune, invisible et associée au bleu et au noir.
Le terme « Vieille Femme » était employée pour désigner la femme ménopausée.
On pensait généralement, qu'à partir de ce moment, elle absorbait chaque mois son sang menstruel, la rendant ainsi accessible à la créativité, à la magie et à la connaissance.
Beaucoup de sociétés la considéraient comme une « femme éclairée » ou une « enchanteresse » dont la faculté de prophétie et de communication avec les esprits était éminemment respectée. L'image moderne de la vieille femme a perdu son pouvoir : elles sont traitées avec un respect parcimonieux et presque considérées comme des parasites au
regard des exigences actuelles.
La description du cycle biologique féminin est cependant incomplète si l'on omet une quatrième période, celle de la face invisible de la divinité dont la description est séparée du trio lumineux. Or, elle correspond à la Mère des Ténèbres ou à la mère redoutable, dépeinte comme la mort et l'âme du divin auquel tout retourne afin de renaître.
Dans la vie d'une femme, cette phase représente la libération de l'âme au moment de la mort.
On segmente ainsi votre vie pour la représenter sous différents aspects et archétypes appartenant au domaine du divin. Le cycle lunaire trouve également sa reconnaissance comme expression du féminin divin dans la terre et la femme. Dans la mythologie et le folklore, de nombreux personnages représentent la femme post-pubère sous différents
aspects. La jeune et belle Vierge, c'est-à-dire la jeune femme non mariée, incarne la phase pré-ovulatoire, la lune en son croissant ascendant, les énergies vives du printemps, ainsi que celles du renouveau et de l'inspiration. La bonne Mère, ou la Reine, est la gardienne des énergies présidant à la fécondité, à la subsistance et à l'autorité ; elle représente la pleine lune ainsi que la plénitude énergétique de l'été. L'Enchanteresse personnifie la phase automnale caractérisant le déclin progressif des énergies et l'obscurité grandissante de la lune décroissante. Cette femme détient une puissance sexuelle considérable, un pouvoir magique, ainsi que la faculté d'ensorceler et de défier les hommes ; belle ou laide, les contes lui donne le pouvoir d'intégrer son corps et sa sexualité à sa magie ensorceleuse.
L'Enchanteresse incarne le retrait énergétique et la destruction, aussi est-elle considérée comme l'initiatrice du processus de mort nécessaire à toute renaissance. Enfin, l'horrible Vieille Sorcière, ou vieille femme laide représente la phase menstruelle du déclin énergétique et la beauté perdue de la terre en hiver. Elle incarne la nouvelle lune, porteuse
des énergies de mutation, de gestation et d'obscurité intérieure.
Ces quatre images : Vierge, Mère, Enchanteresse et Vieille Sorcière, peuplent le folklore et le légendaire, trait d'union non seulement entre le cycle des saisons et celui de la lune, mais entre eux et le cycle féminin. Hélas, la perspective moderne qui s'attache à interpréter les mystères de la femme passe presque toujours sous silence la signification profonde du cycle menstruel en tant que vécu. Or initialement, les mythologies exprimaient non seulement les rythmes apparents et les énergies de la vie, mais aussi ceux, internes et invisibles, de la période entre puberté et ménopause. Ils étaient liés de manière si complexe à la compréhension profonde, presque innée, qu'ont les femmes des rythmes de la lune, de la terre et de la divinité présidant à la vie, que l'omission moderne - due en majeure partie à des tabous d'ordre culturel - aurait été inconcevable autrefois. En tant qu'archétypes, la Vierge, la Mère, l'Enchanteresse et la Vieille Sorcière proposaient une compréhension de l'authentique essence féminine et soulignaient la nécessité d'en prendre conscience.
Les fables liées aux anciennes religions, ainsi qu'aux soi-disant « contes pour enfants », dévoilent cette connaissance du caractère féminin et renferment un symbolisme et une sagesse antiques venus des sociétés de tradition orale.




Dans l'histoire de Blanche Neige, la composante féminine négative se présente sous les traits de la méchante belle-mère tandis que Blanche Neige incarne la vierge pure. Dans le récit initial, la méchante belle-mère (la reine) apparaît sous les traits d'une jolie femme dans l'éclat de l'âge adulte symbole de l'expérience et maîtresse des facultés magiques inhérentes à sa féminité. Sous l'apparence d'une vieille femme, elle offre à Blanche Neige une pomme empoisonnée du côté rouge - la couleur prend tout son sens. Ainsi la reine assume-t-elle son rôle d'initiatrice en détruisant l'enfant et faisant naître la jeune fille avec l'arrivée de la menstruation symbolisée par cette pomme rouge.
Après avoir mordu dedans, Blanche Neige - présumée morte - est placée dans un cercueil de verre sur lequel se posent trois oiseaux : une chouette, un corbeau et une colombe. La chouette est depuis longtemps associée à la mort, ainsi qu'à la sagesse du subconscient et de l'épanouissement personnel. Le corbeau est également un oiseau de mort et la colombe symbolise l'illumination.
Plus tard, un prince « réveille » Blanche Neige, puis en fait son épouse et la reine.
Elle n'est plus l'enfant vierge, mais une femme qui s'est éveillée à la plénitude de ses énergies sexuelles et créatrices à la faveur de la menstruation. On peut donc considérer la totalité du conte comme une allégorie du processus d'initiation à la vie d'adulte et à la sexualité, puis en dernier ressort, à la phase Mère.
D'autre part, il est intéressant d'observer qu'au début du récit la mère de Blanche Neige est assise en train de coudre à côté d'une fenêtre dont l'encadrement est en ébène. A l'extérieur, la neige tombe et tandis qu'elle contemple les flocons, elle se pique le doigt, les gouttes de sang tranchent sur la blancheur extérieure. Au regard de ses couleurs, elle fait le vœu que chacune sera une caractéristique de son enfant. A la naissance, sa fille a la peau blanche comme la neige, les lèvres rouges sang et les cheveux noirs d'ébène. Ces couleurs revêtent une importance et une signification particulière, puisqu'elles représentent les aspects de la triple divinité d'une vie féminine.
Non seulement, on trouve les trois facettes de cette triple divinité, mais aussi la quatrième, l'Enchanteresse. Dans ce conte, Blanche Neige incarne d'abord la Fille, sa mère représente la Mère et la méchante belle-mère assume deux rôles : celui de la belle Enchanteresse, puis, sous le costume de la marchande de pommes âgée celui de la Vieille Sorcière.
Quant au récit de La Belle au bois dormant, il peut être aussi considéré comme ayant une orientation menstruelle : le père, le roi, essaie d'arrêter la croissance de sa fille pour l'empêcher de devenir femme. A la naissance de cet enfant, il convie les fées de son royaume à une cérémonie donnée en cet honneur. Hélas, il ne dispose que de douze assiettes d'or alors que ses invitées sont au nombre de treize, aussi omet-il d'inviter la plus laide et la moins attirante. Lors du banquet, chacune se lève pour offrir un don au bébé.
Mais au moment où la douzième se lève, la treizième entre dans la salle du festin en pestant et prophétise que l'enfant se piquera le doigt sur un fuseau dans sa quinzième année et qu'elle en mourra. Bien que la dernière fée n'est pas le pouvoir d'annuler ce sort, elle peut en revanche l'adoucir en commuant la mort en profond sommeil pendant un siècle.
Les treize fées symbolisent l'année lunaire ; or, en excluant la treizième, le roi empêche l'accomplissement du rythme de la nature. Comme la femme exclue le prophétise, ce geste est sanctionné par la mort, c'est-à-dire l'arrêt de la croissance.
Dans une tentative désespérée pour empêcher que le sort ne se réalise afin de protéger sa fille, le roi interdit tous les fuseaux dans son royaume. Le fuseau symbolise les rythmes qui se répètent de manière cyclique dans l'univers, mais aussi la progression spiralée du fil de la vie. En les interdisant, le roi essaie une fois de plus d'arrêter la progression naturelle de la vie et d'empêcher sa fille d'avoir ses premières règles et de devenir femme.
Au cours de sa quinzième année, la princesse se laisse attirer dans une tour isolée où une vieille femme inconnue est assise en train de filer. En apprenant, elle se pique un doigt et comme prévu s'endort immédiatement. Une fois de plus, la vieille femme tient le rôle de facteur déclenchant de la menstruation et le terme « se piquer un doigt » symbolise le premier écoulement sanguin menstruel de la princesse. Il est significatif que cela se produise dans sa quinzième année, puisque, c'est à cet âge que les premières règles apparaissent. Le quinzième jour du cycle lunaire correspond également à la période de la pleine lune. A partir de ce moment, la fille n'est plus une enfant ; elle a atteint sa maturité biologique et entame la phase de transition qui la fait entrer dans l'obscurité de la lune décroissante menant à la menstruation et à la féminité.
Alors la princesse se met à flotter hors du temps, tandis qu'une haie d'épines pousse autour du château, l'isolant du monde. Cent ans s'étant écoulés, l'instrument du réveil est à nouveau un prince, comme dans Blanche Neige, et la haie d'épines le laisse passer pour qu'il réveille par un baiser la princesse investie de sa toute récente féminité.

La femme lunaire
Les forces du cycle féminin (pour la seconde partie)

&

La femme lunaire
Les forces du cycle féminin (pour la première partie)
par Miranda Gray

avatar
nabelle63
Licorne curieuse
Licorne curieuse

Messages : 49
Date d'inscription : 24/03/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum